Le Tarot, témoin d’une époque…

L'âge d'or du Tarot fut le XIVe siècle et le XVe siècle. Or, au XIVe siècle, l'Europe fait face à une sécheresse de grande ampleur, à la peste noire, à la guerre de cent ans et à la famine qui en découle. Cette période sombre de l'histoire est d'ailleurs considérée comme la crise majeure du Moyen Âge, et même comme celle qui marquera son déclin.

Avant de devenir un outil divinatoire, le tarot était une formidable représentation imagée de son époque, avec ses personnages, ses croyances, ses craintes, ses peurs, ses doutes, mais aussi ses espoirs. Au Moyen Âge, la grande majorité des créations s'inspirait de la religion ou des sciences et c'était le cas des jeux, y compris le Tarot, considérés comme des supports éducatifs. Replacé dans son contexte le Tarot apparaît donc comme un merveilleux livre d'histoire.

Les représentations du tarot sont essentiellement inspirées de la vie quotidienne et de la religion chrétienne. Dans le tarot Mantegna de 1465 on retrouve ainsi les positions ou les conditions sociales et humaines de l'époque.

L'impératrice, l'Empereur, le marquis deviendra le Chariot, l'artisan deviendra le Bateleur, le penseur ou le sage prendra les traits de l'Ermite, la saltimbanque ou le mendiant deviendra le Mat.

Les vertus cardinales ou chrétienne sont également représentées à travers la Justice, la Force et la Tempérance. Trois autres cartes représentent des éléments célestes tel que l'Etoile, la Lune et le Soleil. Les éléments de vie ou du quotidien sont représentés par l'Amoureux (sentiments, émotions, doutes et choix), La Roue de la Fortune (aléas, coup du sort, la chance, les occasions), et la Maison Dieu (les accidents de l'existence).

Pour finir, trois figures religieuses que sont le Diable, symbole du charnel, de la tentation, de la sexualité ; le Jugement, symbole du Jugement dernier ou la résurrection du Christ ; et le Monde, symbole de l'assomption de la Vierge Marie.